Sélectionner une page

Article par Gauthier C. journal du net

Il ne fait aucun doute que la crise provoquée par la pandémie mondiale de coronavirus a créé un climat commercial incroyablement difficile. Les entreprises sont confrontées à de nombreux nouveaux défis, avec la fermeture des frontières internationales, la fermeture des établissements physiques, et l’isolement des gens chez eux. De nombreuses entreprises sont confrontées à des fermetures temporaires, voire permanentes.

Le comportement des consommateurs a été contraint de changer immédiatement, et ce à grande échelle. Ceux qui sont isolés ou enfermés ne peuvent pas accomplir leurs tâches habituelles, d’autant plus que de nombreux magasins locaux ont été contraints de fermer leurs portes pour des raisons de sécurité. Les inquiétudes concernant la disponibilité des marchandises ont encouragé l’achat panique d’articles en vrac. L’incertitude financière et la perspective d’une récession grave et à long terme créent un contexte difficile qui a eu un impact sur les perspectives, les perceptions et les comportements des consommateurs.

Pour les entreprises qui restent actives en ce moment, des questions se posent inévitablement sur la meilleure façon de faire face aux conditions commerciales actuelles et d’adapter leurs stratégies. Il est difficile de répondre à cette question, car la pandémie de coronavirus est si nouvelle que les circonstances évoluent de façon fluide et quotidienne. Il est difficile de définir une stratégie aujourd’hui, car il existe peu de preuves ou de précédents sur lesquels fonder des hypothèses.

Les premières indications sur ce qui pourrait arriver aux entreprises et à l’économie pourraient être mesurées en examinant les données des pays qui ont été les premiers à souffrir des effets de la COVID-19. Bien qu’il n’y ait aucune garantie que d’autres pays suivront la même trajectoire, l’analyse de ces pays peut révéler des modèles et des indications utiles.

Le COVID-19 a déjà un impact sur le comportement des acheteurs

En ligne, le monde change aussi vite que hors ligne. Au début du mois de mars 2020, le média marketing, The Drum, a fait état d’une étude qui montre que, alors que les taux de croissance annuels de la publicité en Chine devraient passer de 7 % à 3,9 % en 2020, les dépenses de publicité pour le commerce électronique devraient augmenter de 17,7 % et les dépenses pour les médias sociaux de 22,2 %.

Cela semble refléter les changements de comportement des consommateurs qui passent de l’achat hors ligne à l’achat en ligne. Ils montrent également que, comme les gens passent plus de temps à la maison, les marques ont réagi en passant des médias hors ligne aux achats en ligne, 14 % d’entre elles ayant signalé cette ligne de conduite.

Dans la même étude, ils poursuivent en affirmant que le commerce électronique en tant que plateforme a déjà connu une croissance exponentielle, en particulier dans le secteur des produits de grande consommation, qui a vu les dépenses par le biais des canaux de commerce électronique en Chine augmenter presque sept fois plus vite que l’ensemble du secteur en 2019 ; une tendance que l’épidémie de coronavirus devrait accélérer.

Le même tableau est brossé dans une étude publiée par les analystes de Business Insider Intelligence et eMarketer en mars 2020, qui suggère que le commerce électronique est susceptible de se développer car les consommateurs évitent les magasins physiques. Leurs données suggèrent que 74,6 % des internautes américains ont déclaré qu’ils seraient susceptibles d’éviter les centres commerciaux et les galeries marchandes si l’épidémie de coronavirus dans le pays s’aggravait, et plus de la moitié d’entre eux éviteraient les magasins en général.

Une nouvelle étude d’Ipsos MORI datant de la mi-mars 2020 révèle que 50 % des consommateurs chinois et 31 % des consommateurs italiens disent qu’ils utilisent désormais le commerce électronique « plus fréquemment ». En revanche, seulement 18 % des personnes interrogées au Royaume-Uni ont déclaré qu’elles utilisaient plus fréquemment les boutiques en ligne, et près de la moitié d’entre elles ont déclaré que leurs habitudes en matière de commerce électronique n’avaient « pas changé ». Cependant, maintenant que le Royaume-Uni est en confinement, ces statistiques vont probablement changer de manière spectaculaire, et s’approcher des chiffres observés dans d’autres pays où les questions COVID-19 sont plus avancées.

Si les types de biens dont les gens ont besoin peuvent changer en raison de leur situation, la nécessité d’acheter ces biens quelque part restera, et nous assisterons probablement à un passage général aux achats en ligne.

[…]

 

Les bouleversements du trafic web

Gwendoline Ente, de l’Agence 90, constate déjà de grands changements dans les comportements de recherche dans le secteur de la mode. Il n’est pas rare qu’une part importante du trafic des marques de mode passe par la recherche de marques. Par exemple, il constate que le trafic de recherche de marques d’un site de mode d’un de ses clients, basé en France, a chuté d’environ 40 % après l’introduction de nouvelles mesures strictes à la mi-mars pour lutter contre le virus COVID-19 (il mentionne aussi que d’autres marques de mode ont chuté jusqu’à 70 % au cours de la même période).

Au cours de cette période, le trafic générique du même site a également chuté, indiquant une baisse générale de la demande d’articles de mode. En effet, les gens n’achètent pas de nouveaux vêtements pour rester chez eux.

D’autres sites e-commerce affichent des tendances différentes. Les sites d’électro et high-tech comme Boulanger a connu une hausse des ventes des imprimantes de 50%, pendant que les sites de livraison des grands acteurs de la grande distribution comme Carrefour et Leclerc ont enregistré une croissance des commandes sans précédent.

Ainsi, différents sites, et différents secteurs, connaîtront des effets différents des changements de comportement des consommateurs. Ce qui est clair cependant, c’est que le comportement des utilisateurs change définitivement en ligne, et parfois de manière assez spectaculaire.

Les sites e-commerce sont-ils conçus pour faire face à ces changements ?

[…]

 

Conclusion

Alors que le monde est ébranlé par les effets de la pandémie de coronavirus, le comportement des utilisateurs est contraint de changer et les acheteurs se déplacent de plus en plus en ligne. Les sites de commerce électronique sont en mesure de tirer parti de cette évolution, mais uniquement s’ils peuvent être trouvés par les clients en premier lieu.

Si les tactiques doivent être adaptées au nouvel environnement dans lequel nous nous trouvons, les entreprises devraient envisager de maintenir leurs investissements dans leurs analyses, leur marketing en ligne et leur contenu en ligne afin de pouvoir rester compétitives et répondre aux besoins des acheteurs.

En ces temps d’incertitude, il existe encore des opportunités ; il suffit d’adopter un état d’esprit et une approche légèrement différente, ainsi qu’une attitude positive. 

lien d’origine : https://www.journaldunet.com/solutions/seo-referencement/1490231-l-impact-de-covid-19-sur-le-comportement-des-utilisateurs-et-le-e-commerce/